Six signes indiquant qu’une entreprise a besoin d’une planification stratégique

Votre entreprise a-t-elle besoin d’une planification stratégique? Selon Strageco, expert du Groupement des chefs d’entreprise, voici six signes à surveiller.

1. Vos employés vous disent souvent « Boss, on est trop cher ».

Caractéristiques souvent présentes :

  • Des produits ou services non différenciés (me too) faciles à comparer que certains concurrents vendent moins chers.
  • Des frais fixes trop élevés (modèle d’affaires à revoir).
  • Des frais d’exploitation trop élevés (efficacité déficiente).
  • Une entreprise éparpillée, pas assez nichée.
  • Etc.

2. On accepte presque toutes les demandes de nos clients.

Caractéristiques souvent présentes :

  • Le « core business » est flou ou pire, non défini.
  • La force de vente est réactive ou pire, inexistante. On manque tellement de business qu’on prend ce qui passe.
  • Les vendeurs ont des plans bonis sur les ventes, peu importe les produits vendus et peu importe la marge de chacun d’entre eux.
  • Être opportuniste (prendre ce qui passe) est vu comme une qualité.
  • Etc.

3. Les ventes stagnent et les profits sont faméliques.

Caractéristiques souvent présentes :

  • Tout ce qui précède aux points #1 et #2.
  • Peu ou pas de R&D et des produits ou services vieillissants qui sont de moins en moins attractifs.
  • Tendance à toujours baisser les prix pour ne pas perdre de clients plutôt que de développer de nouveaux clients et élaguer les éternels chasseurs d’aubaines.
  • Peu d’innovation, et ce, à tous les niveaux : produits, commercialisation, fabrication, technologies, etc.
  • Souvent très créatif pour trouver de bonnes raisons expliquant les mauvais résultats : récession, concurrence déloyale, malchance, etc. C’est rarement la faute de la direction.
  • Etc.

4. Chaque directeur a sa propre vision de ce que l’entreprise devrait faire.

Caractéristiques souvent présentes :

  • On ne s’est jamais assis sérieusement pour faire le point.
  • On travaille en silo et le PDG a souvent l’impression que la main droite défait ce que la main gauche tente de faire. Très frustrant.
  • On fait des rencontres à deux ou trois personnes, dans un cadre de porte à la va-vite et l’on ne va jamais au bout des discussions. Les idées flottent dans les airs.
  • Il n’y a pas de rencontre de direction structurée. Lorsque l’on en fait, c’est la pagaille, alors on n’en fait pas.
  • Etc.

5. Les cibles de développement (produits services, clients et régions) ne sont pas claires.

Caractéristiques souvent présentes :

  • Toutes les raisons du point #4.
  • Les cibles sont changeantes selon les humeurs, le contexte et la personne à qui l’on pose la question.
  • On croit que dans un environnement en mouvement et changeant c’est normal de constamment changer de cibles, un peu comme une girouette qui suit le vent.
  • On ne fait pas la différence entre être flexible et ne pas avoir de plan.
  • Ça sert à quoi de faire un plan si, de toute façon, on ne le suit pas.
  • Etc.

6. Personne, y compris le PDG, ne connait par coeur la raison d’être, la mission et la vision de l’entreprise.

Caractéristiques souvent présentes :

  • On ne s’y est jamais attardé, parce que ça ne sert à rien (pas faux quand le mode opératoire est de prendre ce qui passe, peu importe, ce qui passe).
  • La mission est une litanie de vœux pieux qui compte des centaines de mots dont personne ne peut se souvenir.
  • C’est tellement déconnecté du réel qu’on est gêné de s’en servir.
  • On a fait ça il y a plusieurs années et on ne s’en est jamais servi, alors à quoi bon.
  • Etc.

Un texte Richard Mourand, Strageco, expert du Groupement des chefs d’entreprise.

Saviez-vous que? Le réseau d’Experts, c’est plus de 80 entreprises, référées par les membres du Groupement, qui peuvent aller faire des conférences dans les clubs ou répondre à votre besoin dans l’entreprise.